Un regard rapide sur la discographie de la version originale de 1867 de Don Carlos présente un maigre bilan : une seule version  présente la version de 1867 dans son intégralité ou peu s'en faut. Tout le reste n'est que montages ou versions tronquées (Pappano) ou choix inexplicables au niveau discographique (DG, Abbado) . C'est dire qu'on attend encore une version de référence au moins philologique.

Pour un peu plus de précisions, nous renvoyons à un essai de clarification sur le Blog du Wanderer

La discographie de la version originale de Don Carlos est réduite : il y a quatre enregistrements du Don Carlos en français et dans ces trois, il n’y en a que deux  relativement accessibles qui présentent la version de 1867 telle que grosso modo elle sera présentée à Lyon et qu'elle a été présentée à Paris l'automne dernier (amputée du ballet cependant).

Ces enregistrements sont :

Couverture 1

Don Carlos, version 1867, BBC Concert Orchestra and Choir, dir. John  Matheson coll. Opera Rara, la publication en 2005 d’un concert de 1972 avec Joseph Rouleau (Philippe II) André Turp (Don Carlos) Robert Savoie (Posa) Edith Tremblay (Elisabeth) et Michèle Vilma (Eboli).
Une version étonnante, réalisée avec des chanteurs presque tous peu connus, et tous doués d’un beau phrasé en français , et l’ensemble est plus qu’honorable.
Pourtant ce coup d’essai assez remarquable n’est pas suivi d’effets ni sur la discographie ni sur les productions. Il faut attendre Abbado le 7 décembre 1977 pour que soient portées à la connaissance du grand public des musiques totalement inconnues jusqu’alors sauf des musicologues.

Couverture 2

Attention il existe sur le marché plusieurs éditions de cette version, dont les prix varient de 85€  à 25 €, sachez choisir…


Vienne et Barcelone ont coproduit au début des années 2000 un Don Carlos en version complète dans une mise en scène (excellente) de Peter Kontwitschny, qui proposait des solutions originales pour le ballet et l'autodafé.
L'enregistrement qui suit est issu de ces représentations, et date (live) d'octobre 2004 soit 32 ans après la version précédente.

Don Carlos, orchestre et chœurs de l'Opéra d'Etat de Vienne (Wiener Staatsoper), Dir.mus : Bertrand de Billy, Orfeo (4CDs)

 

 

Ramon Vargas (Don Carlos), Bo Skovhus (Posa), Iano Tamar (Elisabeth), Alastair Miles (Philippe II), Simon Yang (le Grand Inquisiteur), Nadja Michael (Eboli) .
La version est complète, elle inclut les musique jamais jouées à la première, et pour cela, elle est précieuse et le son est meilleur que la version précédente. Musicalement, elle est cependant à mon avis inférieure, avec une distribution contrastée.

 


 

"Locandina" de la première de Don Carlo à la Scala en 1977

Suite aux représentations de la Scala en 1977–78 (en italien), Claudio Abbado a enregistré Don Carlos en version française, dans la version traditionnelle en 5 actes révisée en 1886, en ajoutant un appendice composé des musiques de la version de 1867.
Ce n’est pas le meilleur enregistrement d’Abbado : le travail a été étalé sur plusieurs années, le français des chanteurs n’est pas toujours exceptionnel mais c’est tout de même une version en français…
Le chef italien aurait voulu présenter la version française à la Scala , mais il y avait à l’époque peu de chanteurs qui la possédaient et surtout ils hésitaient à apprendre un texte qu’ils avaient peu de chances de reprendre, tant la « version » italienne avait la primauté dans les théâtres.

Don Carlos, orchestre et chœurs du Teatro alla Scala, dir. Claudio Abbado,

Placido Domingo (Don Carlos), Leo Nucci (Posa), Katia Ricciarelli (Elisabeth), Ruggero Raimondi (Philippe II), Nicolai Ghiaurov (le Grand Inquisiteur), Lucia Valentini Terrani (Eboli) .
L’une des difficultés était l’opposition de Karajan (qui avait enregistré Don Carlo – en italien et en quatre actes-) à ce que des chanteurs de son enregistrement soient utilisés dans les mêmes rôles dans d’autres productions discographiques ou vidéos.

Il circule dans les versions live (House of Opera, Opera Depot etc…) deux enregistrements des représentations de la Scala, avec toutes les musiques de 1867, mais en italien (pour les raisons expliquées plus haut).

Don Carlo, version en cinq actes avec les musiques originales de 1867, en italien, chœurs et orchestre du Teatro alla Scala, Dir.mus : Claudio Abbado

 

L’un avec la distribution A : José Carreras (Don Carlo), Mirella Freni (Elisabetta), Nicolai Ghiaurov (Filippo II), Evghenyi Nesterenko (Inquisitore), Elena Obraztsova (Eboli), Piero Cappuccilli (Posa)

 

 

 

 

L’autre avec la distribution B, qui existe aussi dans la vidéos enregistrée par la RAI (on peut la trouver sur Youtube), et réunie ad hoc à cause de l’opposition de Karajan à ce que la distribution A, proche de son enregistrement, soit utilisée pour la reprise TV.

Distribution B : Placido Domingo (Don Carlo), Margaret Price(Elisabetta), Evghenyi Nesterenko (Filippo II), Luigi Roni (Inquisitore), Elena Obraztsova (Eboli), Renato Bruson (Posa)

 

 

 

 

 

 

La distribution dite B n’est pas si mal, comme le lecteur pourra constater…d'autant qu'il en existe une vidéo sur Youtube comme on l' a dit.

Les deux versions sont musicalement stupéfiantes.

 


Enfin la dernière édition « officielle » de Don Carlos est celle issue des représentations du Châtelet en 1996, dirigées par le tout jeune Antonio Pappano. Une belle distribution, une belle direction mais une version hybride, ni complète, ni cohérente, en tous cas qui ne présente pas les musiques originales de 1867. Mais José Van Dam et Roberto Alagna y brillent, Karita Mattila est très solide, Hampson exemplaire d’humanité, et Waltraud Meier plus à l’aise dans un« Don fatal » fabuleux que dans la chanson du voile, aux agilités un peu escamotées.

 

Don Carlos, chœur du Théâtre du Châtelet, Orchestre de Paris, direction Antonio Pappano. (Représentations en 1996)

 

Roberto Alagna (Don Carlos), Thomas Hampson (Posa), Karita Mattila (Elisabeth), José van Dam (Philippe II), Eric Halfvarson (le Grand Inquisiteur), Waltraud Meier (Eboli) .

 

 

 

 

 

Il existe de cette production la seule vidéo officielle de la version française, mise en scène par Luc Bondy (assez décevant).

 


Et c’est tout…
Que choisir ?
Notre conseil est double :

  1. En l’absence d’enregistrement « définitif » de la version française, la version Matheson pour la qualité de l’ensemble et pour entendre la version originale de 1867 dans son déroulement.
  2. L’un des deux versions « Live » en italien (ou les deux) d’Abbado avec la Scala pour la musique et pour une approche musicale qui n’a pas été égalée.

Apostille : Pour les chanteurs et notamment Alagna et Van Dam, on peut aussi écouter la version Pappano, mais elle n’est vraiment pas exemplaire philologiquement.

Enfin un lecteur attentif signale la version de Pierre Michel Lc Conte réalisée à la RTF en 1967 et difficile à trouver avec une distribution entièrement française exemplaire pour la prosodie et le phrasé.

Don Carlos, chœur et orchestre radio-lyrique de la RTF, direction Pierre Michel Le Conte (1967),
Georges Liccioni (Don Carlos), Matteo Manuguerra (Posa), Susanne Sarroca (Elisabeth), Jacques Mars (Philippe II), Marc Vento (le Grand Inquisiteur),  Line Dourian (Eboli) .

À noter qu'à la reprise de la version italienne à Garnier en 1975, Susanne Sarroca assurera aussi le rôle d'Elisabetta.

 

L'enregistrement a fait l'objet d'une réédition en 1999 dans un coffret "Opéra from Paris" composé de nombreuses bandes passionnantes.

 

 

Guy Cherqui
Agrégé de Lettres, inspecteur pédagogique régional honoraire, Guy Cherqui « Le Wanderer » se promène depuis une cinquantaine d’années dans les théâtres et les festivals européens, Bayreuth depuis 1977, Salzbourg depuis 1979. Bouleversé par la production du Ring de Chéreau et Boulez à Bayreuth, vue sept fois, il défend depuis avec ardeur les mises en scènes dramaturgiques qui donnent au spectacle lyrique une plus-value. Fondateur avec David Verdier, Romain Jordan et Ronald Asmar du site Wanderersite.com, Il travaille aussi pour les revues Platea Magazine à Madrid, Opernwelt à Berlin. Il est l’auteur avec David Verdier de l’ouvrage Castorf-Ring-Bayreuth 2013–2017 paru aux éditions La Pommerie qui est la seule analyse parue à ce jour de cette production.
Article précédentOrphée réveille Milan
Article suivantFaux procès

Autres articles

5 Commentaires

  1. N’oubliez pas la version live à Vienne dirigée par Bertrand de Billy publiée chez Orfeo (Vargas / Skovhus / Miles / Michael / Tamar…).

  2. Je possède une version en 5 actes Modène Genève 10/12/1962 dir. Christian Vöchting avec Suzanne Sarroca, Consuelo Rubio, Alfonso La Morena, Gabriel Bacquier, Raffaele Arie.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire !
S'il vous plaît entrez votre nom ici