Giacomo Puccini (1858–1924)
Tosca (1900)
Melodramma n trois actes
Livret de Giuseppe Giacosa e Luigi Illica du drame homonyme di Victorien Sardou
Création le 14 janvier 1900, Teatro Costanzi, Roma

Direction musicale Donato Renzetti
Mise en scène Valentina Carrasco

Décors Samal Blak
Costumes Silvia Aymonino
Lumières Peter van Praet
Vidéo Tiziana Mancini, Valentina Carrasco

 

Floria Tosca Carmen Giannattasio
Mario Cavaradossi Antonio Poli
Il barone Scarpia Claudio Sgura
Cesare Angelotti Alessandro Abis
Un sagrestano Armando Gabba
Spoletta Saverio Fiore
Sciarrone Gianni Paci
Un carceriere Franco Di Girolamo
Un pastorello Sofia Cippitelli / Petra Leonori

Coro lirico Marchigiano “Vincenzo Bellini”
Chef de chœur  Martino Faggiani
autre chef de chœur  Riccardo Serenelli
Pueri Cantores “Zamberletti”
Chef de chœur  Gian Luca Paolucci*
Banda Salvadei

FORM – Orchestra Filarmonica Marchigiana

Nouvelle production de l’Associazione Arena Sferisterio

Macerata, Arena Sferisterio, le dimanche 24 juillet 2022, 21h

Tosca est certainement une œuvre d'une rare empreinte cinématographique pour sa construction dramaturgique et son style musical. Rappelons d’ailleurs qu’Anna Magnani fut Tosca dans le film “Davanti a lui tremava tutta Roma” de Carmine Gallone en 1945 dont le scénario semble avoir inspiré l'équipe… À partir de ce double facteur et du désir de faire quelque chose de " différent, quelque chose qui ne se contente pas de plaire au public, mais qui le rapproche et l'amène à s'identifier aux vicissitudes des personnages " (comme le dit la metteuse en scène dans le programme), Valentina Carrasco est partie d'une mise en scène qui a connu une gestation longue et tourmentée : conçue en 2019, bloquée par la pandémie, reprise au moins deux fois de manière non définitive, puis montée cet été avec des différences notables par rapport à la phase initiale.

Plateau de cinéma

Il serait trop simpliste et surtout trompeur de parler d'une "Tosca cinématographique", car l'idée de la mise en scène est de "jouer" avec le théâtre dans le théâtre et le cinéma dans le théâtre dans un jeu de reflets et de références, de projections et d'imagination qui situent la mise en scène dans le Hollywood des années 50, dans un studio de cinéma où est tourné le film "La bataille de Marengo", qui se déroule à l'époque napoléonienne. Les histoires des acteurs s'entremêlent à celles des protagonistes du film sur fond de persécution maccarthyste, où Scarpia est le producteur du film mais aussi le coordinateur de la répression anticommuniste.

Mario Cavaradossi est le décorateur (mais aussi un acteur, dans le final) qui tombe dans le piège des dénonciations et est torturé pour obtenir les noms d'autres artistes de gauche, puis il finit par être tué par erreur lors du tournage d'une scène du film. Tosca est une diva du cinéma, amoureuse et jalouse d'une actrice qui joue le rôle d'Attavanti et qui amène par erreur Tosca à soupçonner son fidèle Mario ; Tosca est convoitée par le perfide Scarpia et se suicide à la fois parce qu'elle est traquée par les maccarthystes et parce qu'elle a perdu son amant. Tout cela est rendu sur scène par l'apport de séquences vidéo en direct, en couleur (renforcées, comme dans les technicolor des années 50) lorsqu'il s'agit de séquences du film "La bataille de Marengo", en noir et blanc lorsqu'il s'agit de séquences réelles (mais où est la vie réelle et la fiction dans cet interminable jeu de miroirs ?)

Tosca (Carmen Giannattasio) Scarpia (Claudio Sgura)

Les scènes sont suggestives : Scarpia filme Tosca en train de chanter "Vissi d'arte", prostrée au sol ; Tosca lui rend la pareille en filmant sa mort et en le frappant avec la caméra, ainsi qu'avec un couteau trouvé sur scène ; Tosca qui, pour trouver le courage de tuer Scarpia, doit revêtir les vêtements ostensiblement posthumes de son rôle dans le film napoléonien. Néanmoins, il manque au metteur en scène une idée dramaturgique forte et cohérente pour relier les différentes suggestions (qui restent donc fragmentées et forcées) et pour justifier le geste scénique et la parole chantée. Valentina Carrasco est une artiste de grande et solide expérience, elle sait faire bouger les solistes et les masses, elle réussit à donner cette expressivité aux visages et aux gestes afin de transmettre des sentiments et des émotions au spectateur, même si dans ce cas, la confusion prévaut peut-être et que le spectateur reste désorienté.

Scarpia (Claudio Sgura), Tosca (Carmen Giannattasio)

Les décors de Samal Blak sont très réussis tout comme les costumes de Silvia Aymonino ; les éclairages de Peter van Praet et les vidéos de Tiziana Mancini et Valentina Carrasco elle-même complètent la mise en scène.

Sur le plan musical, on peut parler sans risque de se tromper d'un succès total. Donato Renzetti dirige la Filarmonica Marchigiana d'une main sûre et avec des tempi adaptés aux espaces du Sferisterio et à la complexité de la mise en scène, mais le son n'est pas poussé dans des tons expressionnistes, privilégiant l’intensité et des couleurs presque brillantes.

Tosca (Carmen Giannattasio) Mario (Antonio Poli)

Carmen Giannattasio est une Tosca avec une présence scénique sûre et le fait d'avoir chanté le rôle plusieurs fois lui permet d'utiliser sa voix de manière très contrôlée et adhérente à la partition ; la soprano chante bien, il n'y a pas de doute : la voix est belle et l'émission est bonne (même si de temps en temps quelques mots se perdent), émission et intonation parfaites même si l’aigu n’a plus la puissance d’antan et reste un peu court. Antonio Poli, malgré quelques difficultés surtout au premier acte, est convaincant et son Cavaradossi, empreint de la fougue de la jeunesse, a été apprécié pour sa voix limpide et fraîche. Claudio Sgura a abordé le rôle de Scarpia qui lui convient si bien sans aucune difficulté, se concentrant dans ce cas sur une perfidie intérieure qui découle d'une conviction politique, ainsi que du caractère, le rendant encore plus inquiétant et redoutable. Dans les rôles secondaires, on retrouve Alessandro Abis (Angelotti), Armando Gabba (Sagrestano), Saverio Fiore (Spoletta) et Gianni Paci (Sciarrone). Avec eux Franco Di Girolamo (Carceriere) et Sofia Cippitelli en alternance avec Petra Leonori dans le rôle du petit berger, une des citations réussies du réalisateur qui fait immédiatement penser à l'audition de la petite fille accompagnée de sa mère à la recherche d'un rôle au cinéma (Anna Magnani, mais aussi Judy Garland). Les nombreux figurants parfaits sur scène méritent d'être soulignés. Le Coro Lirico Marchigiano « Vincenzo Bellini » est confié à la préparation de Martino Faggiani, tandis que les Pueri Cantores à celle de Gian Luca Paolucci. Enfin, la Banda Salvadei est l’orchestre de scène, et tous sont remarquables.

Francesco Rapaccioni
Journaliste et publiciste depuis 1996, il suit avec une grande passion le théâtre en général, théâtre parlé et opéra en particulier, en faisant la critique de spectacles et de concerts tant en Italie qu'à l'étranger pour les journaux nationaux et locaux. Depuis des années, il dirige des émissions de radio culturelles sur les circuits nationaux et régionaux. Il lit et voyage de façon compulsive et, en même temps, il dirige un petit théâtre à San Severino Marche, dans la province de Macerata. Après quelques années aux États-Unis, il vit maintenant en permanence en Italie, dans la région des Marches, où il s'occupe également de la promotion culturelle et touristique de la région. Mais toujours avec un regard attentif et curieux sur ce qui se passe dans le monde.

Autres articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire !
S'il vous plaît entrez votre nom ici