Alfred Schnittke (1934–1998)
Concerto pour alto et orchestre
Anton Bruckner (1824–1896)
Symphonie n°4 en mi bémol majeur WAB 104 Romantique
(Changement de programme suite au remplacement de Kirill Petrenko)
Tabea Zimmermann, alto
Daniel Harding, direction
Berliner Philharmoniker
Lucerne, KKL, jeudi 1er septembre 2022, 19h30

Nos premières impressions

Du programme initial prévu est resté le concerto pour alto de Schnittke, œuvre faite de changements de rythmes et d'univers hétérogènes suprêmement exécutée par Tabea Zimmermann absolument phénoménale. La Symph.10 de Chostakovitch a laissé place à la Symph.4 de Bruckner "romantique", où Daniel Harding, à la tête d'un orchestre au sommet (Dohr ! Pahud!), fait entendre un Bruckner inhabituel, souple, dynamique, aérien, vif, sensible, presque schubertien pas si loin d'un certain Abbado. Concert splendide, fulgurant qui a enthousiasmé les nombreux jeunes de l'Académie présents. 
Guy Cherqui
Agrégé de Lettres, inspecteur pédagogique régional honoraire, Guy Cherqui « Le Wanderer » se promène depuis une cinquantaine d’années dans les théâtres et les festivals européens, Bayreuth depuis 1977, Salzbourg depuis 1979. Bouleversé par la production du Ring de Chéreau et Boulez à Bayreuth, vue sept fois, il défend depuis avec ardeur les mises en scènes dramaturgiques qui donnent au spectacle lyrique une plus-value. Fondateur avec David Verdier, Romain Jordan et Ronald Asmar du site Wanderersite.com, Il travaille aussi pour les revues Platea Magazine à Madrid, Opernwelt à Berlin. Il est l’auteur avec David Verdier de l’ouvrage Castorf-Ring-Bayreuth 2013–2017 paru aux éditions La Pommerie qui est la seule analyse parue à ce jour de cette production.

Autres articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire !
S'il vous plaît entrez votre nom ici