Gaetano Donizetti (1797–1848)
Il Paria (1829)
Melodramma en deux actes
Livret de Domenico Gilardoni d’après Le Paria de Casimir Delavigne (1821) et Il Paria de Michel Carafa (Venise, 1826)
Création au Teatro San Carlo di Napoli 12 Janvier 1829

Albina Shagimuratova (Neala)
René Barbera (Idamore)
Misha Kiria (Zarete)
Marko Mimica (Akebare)
Thomas Atkins (Empsaele)
Kathryn Rudge (Zaide)

Opera Rara Chorus, dir : Stephen Harris
Britten Sinfonia
Sir Mark Elder (Direction musicale)

2 CD Opera Rara ORC60

Enregistré au BBC Maida Vale Studio, Londres entre les 1er et 6 juin 2019

Le label discographie Opera Rara publie une rareté donizettienne, Il Paria, court opéra créé au San Carlo de Naples en 1829. Cette nouvelle intégrale réalisée en studio en juin 2019, s’appuie sur l’édition critique de Roger Parker et Ian Schofield et la direction de Mark Elder. Son principal attrait ? Son sujet, inédit pour l’époque, situé en Inde au XVIème siècle qui relate par-delà les dissensions immémoriales entre brahmanes et intouchables, une histoire d’amour impossible. Une aimable curiosité.

Donizetti, futur compositeur d’Anna Bolena en 1830 à Milan, est loin d’être un inconnu lorsqu’il vient s’installer à Naples juste après son mariage en 1828 pour occuper le poste de directeur du Teatro San Carlo. Il est l’auteur d’une bonne vingtaine d’ouvrages lyriques, vient de remporter dans cette ville un gros succès avec son Esule di Roma, qui suit de près L’Eremitaggio di Liverpool, mais également Alina regina di Golconda (Genova) et de Gianni di Calais (Naples). L’opera seria Il Paria, voit le jour le 12 janvier 1829, défendu par une distribution haut de gamme qui réunit Adelaide Tosi la créatrice du rôle d’Argelia dans L’Esule di Roma et d’Elisabetta dans Il Castello di Kenilworth, Giovanni Battista Rubini et Luigi Lablache, mais ne rencontre qu’un succès d’estime. Adapté de la pièce éponyme contemporaine de Casimir Delavigne, le livret de Domenico Gilardoni n’a rien d’exceptionnel pour dépeindre l’atmosphère exotique de cette intrigue qui met en scène Neala prêtresse du culte du Soleil et fille du grand prêtre des Brahmanes Akebare, secrètement amoureuse d’Idamore chef de l’armée victorieuse d’une bataille contre les envahisseurs et fils du paria Zarete. Construite à gros traits pour suivre une histoire où les faits s’enchaînent dans la précipitation, la partition peine d’abord à rendre sensible les paysages indiens dans lesquels l’auditeur doit se laisser conduire. Attaché à traduire avec réalisme les longues processions et à porter une attention particulière aux chœurs très développés, Donizetti hésite entre carte postale et drame intime. Soucieux de servir ses interprètes, dont chacun hérite d’un grand aria virtuose, il semble peu inspiré avant de libérer ses forces créatrices dans un large quart final, musicalement plus réussi.

Dirigé avec le talent et l’expertise bien connus de Mark Elder qui ne montre aucun signe tangible de désintérêt face à cette œuvre au style capricieux, de facture souvent complexe, ce Paria est donc le premier enregistrement complet de studio, une version de concert captée en direct en avril 2001 ayant été publiée par Bongiovanni. L’affrontement des deux castes ennemies aurait pu faire des étincelles si le brahmane Akebare tenu par la basse Marco Mimica et le Paria Zarete confié à Misha Kiria, s’étaient montrés tous les deux parfaitement idiomatiques dans leurs rôles respectifs. Le premier ne possède malheureusement ni un timbre gracieux, ni une technique suffisamment rompue aux arcanes belcantistes pour venir à bout de la tessiture d’Akebare. Le second s’en tire un peu mieux notamment en duo face à son fils, dans son air « Notte, ch’eterna a me parevi » et dans toute la dernière scène où il déclare accepter la mort avant d’être sauvé par Idamore. Confié au ténor américain René Barbera, le valeureux fils du paria, amoureux de Neala fait preuve d’une réelle hardiesse vocale – bel exploit dans la cabalette « Fin dove sorgono » au 1er acte – et d’une fougue qui sert son personnage. Dommage que sa partenaire Albina Shagimuratova soit moins enflammée que son chevalier servant, l’aigu serré et le timbre trémulant de la soprano ne permettant pas à l’héroïne d’atteindre les splendeurs escomptées. L’Opera Rara Chorus, le Britten Sinfonia et les comprimari Kathryn Rudge (Zaide) et Thomas Atkins (Empsaele) complètent cette première au disque.

François Lesueur
Après avoir suivi des études de Cinéma et d'Audiovisuel, François Lesueur se dirige vers le milieu musical où il occupe plusieurs postes, dont celui de régisseur-plateau sur différentes productions d'opéra. Il choisit cependant la fonction publique et intègre la Direction des affaires culturelles, où il est successivement en charge des salles de concerts, des théâtres municipaux, des partenariats mis en place dans les musées de la Ville de Paris avant d’intégrer Paris Musées, où il est responsable des privatisations d’espaces.  Sa passion pour le journalisme et l'art lyrique le conduisent en parallèle à écrire très tôt pour de nombreuses revues musicales françaises et étrangères, qui l’amènent à collaborer notamment au mensuel culturel suisse Scènes magazine de 1993 à 2016 et à intégrer la rédaction d’Opéra Magazine en 2015. Il est également critique musical pour le site concertclassic.com depuis 2006. Il s’est associé au wanderesite.com dès son lancement

Autres articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire !
S'il vous plaît entrez votre nom ici