Leyla Gencer a été une des figures mythiques de l’opéra et surtout du Belcanto, dans les années fastes du chant italien, où Maria Callas, Renata Tebaldi, Joan Sutherland, Beverley Sills se partageaient le marché du disque. Ces années-là, à partir du début des années 1960, un autre astre triomphait sur les scènes essentiellement italiennes, c’était Leyla Gencer, qui défendit le grand répertoire romantique, les reines de Donizetti, Norma, I Puritani, et les grands rôles du Belcanto, mais aussi la Lady Macbeth du Macbeth de Verdi, ou Odabella d’Attila, ou Elena des Vespri Siciliani. Elle s’est ensuite engagée dans la formation des jeunes chanteurs, universellement respectée jusqu’à sa mort en 2008, à Milan. C’est cette figure mythique de Maurizio Jacobi évoque avec sa sensibilité et son discret humour.

La première fois que j'ai rencontré Leyla Gencer en personne, c'était lors de l’installation de la commission du concours Toti Dal Monte 1 de 1991, que je présidais ; l’œuvre au programme était Così fan tutte ; la préparation des gagnants était confiée à la Bottega dirigée par Peter Maag.
Leyla Gencer avait été une grande chanteuse, l'une des plus grandes protagonistes de la Donizetti Renaissance, considérée comme la rivale (turque) de Callas (grecque); elle était à l'époque directrice artistique de l'As.Li.Co, qui sélectionnait (et sélectionne encore) de jeunes chanteurs européens, leur offrant une formation de haut niveau, et elle jouissait d'une réputation de grande sévérité.

Elle se présenta à la séance d’installation avec un port de reine.
Il y avait aussi deux autres reines au sein du jury : l'une, également de nom, Regina Resnik2, enseignante à New York et à Paris ; l'autre, la légendaire et toujours fraiche 3 Magda Olivero, celle que Francesco Cilea avait considérée comme irremplaçable dans le rôle d'Adriana Lecouvreur. Toutes trois étaient célèbres non seulement pour leurs qualités vocales, mais aussi pour leur charisme scénique (même en dehors de la scène, qu'elles dominaient avant même d'ouvrir la bouche, elles fascinaient simplement en entrant dans une pièce).

De plus, Leyla Gencer et Regina Resnik (deux grandes interprètes de Lady Macbeth) ont participé aux événements politiques et historiques du XXe siècle. La première a été l'ambassadrice culturelle de la Turquie dans le monde, la seconde a été témoin de la Shoah partout ; la première avait déjà sa propre statue de taille considérable devant le théâtre d'Ankara, la seconde avait déjà son propre grand portrait dans le foyer du New York Metropolitan ; la première avait chanté à Milan aux funérailles d'Arturo Toscanini, sous la direction de Victor De Sabata ; la seconde avait été la première chanteuse juive à se produire à Bayreuth après la Seconde Guerre mondiale, dans le rôle de Sieglinde du Ring sous la direction de Clemens Krauss en 1953.

Les trois Divas se scrutèrent et se mesurèrent avec prudence, se tournant les unes vers les autres avec cette politesse affectueuse qui me donnait une vague inquiétude.
Au cours des débats, Leyla Gencer sortit une de ses blagues soudaines et éblouissantes, qui n'a pas été immédiatement comprise comme telle, car elle avait une façon assez altière de s'exprimer, mais devenue irrésistible le premier étonnement passé
Une fois le  temps nécessaire passé pour comprendre que c'était la Diva elle-même qui avait dit quelque chose de spirituel, et que c'était une manifestation de complicité, l'atmosphère est devenue très amicale pour tous (au grand soulagement de toute la commission).
C'était comme ça : elle semblait hautaine au premier abord, mais derrière cette apparence, il y avait une personne sensible, ouverte à l'amitié, et aussi affectueuse.
Elle a rejoint l'Eurobottega, qui était un groupe très uni et donc aussi humainement protecteur ; mais cela signifiait se rendre dans différentes villes et dans différents théâtres pour les auditions et les compétitions ; elle avait quelques difficultés à se déplacer, mais elle venait là où c'était nécessaire et avec enthousiasme ; une seule fois elle m'a appelé pour me dire qu'elle était vraiment désolée, mais elle ne pouvait pas, car elle devait assister à une réception officielle donnée par le président de la République italienne, avec pour conséquence l’obligation de rester pour déjeuner avec "tous ces ambassadeurs ennuyeux".

Elle ne m’a pas semblé si sévère en tant que professeur : elle comprenait immédiatement les talents et les valorisait ; mais il est vrai qu'elle n'était pas indulgente avec ceux qui n'avaient pas l'humilité de comprendre qu’ils n’atteindraient jamais le niveau nécessaire ; mais en décourageant les non qualifiés à temps, elle ne faisait que leur bien, car dans le monde impitoyable des métiers su spectacle, peu de choses sont plus frustrantes que de réaliser rétrospectivement qu'on est un chanteur médiocre pour admirateurs du Centre paroissial.
Elle privilégiait la technique, sans laquelle il est impossible d'arriver à l'interprétation ; elle-même, dans sa manière de préparer des scènes, avait pris un soin manique à contrôler le souffle et le volume, à l'appui d'un timbre qui par l'intelligence interprétative collait à chaque moment psychologique du personnage interprété ; puis, pleine voix au centre, sublime dans les plani et pianissimi, gardant clarté et timbre dans les aigus toujours très faciles.
Il en a résulté des interprétations inoubliables, malheureusement peu documentées.

Il est dommage que sa mémoire, pour ceux qui ne l'ont pas entendue en direct, vienne presque exclusivement d'enregistrements pirates de spectacles en direct ; elle ne voulait pas s'attacher aux maisons de disques, et elle s'est appelée en plaisantant "Reine des Pirates".
Reine, comme tant de personnages féminins qu'elle a joués.
Elle était une aristocrate, mais pas au sens héréditaire du terme, mais parce qu’elle avait conquis jour après jour, avec obstination, sa place de choix dans le monde de l'interprétation, sans artifices technologiques et sans soumission aux lois du marché.
Elle avait peut-être raison : un mythe naît d’une réalité qui reste mystérieuse ; à sa demande, ses cendres ont été dispersées dans le Bosphore, ainsi que nombre de ses interprétations mythiques.

 

 

 

 

Notes   [ + ]

1. Un des plus prestigieux concours de chant de l’époque, créé en 1969 par le soprano Toti dal Monte originaire de Trévise, et qui récompensa et fit débuter entre autres Ghena Dimitrova, Mariella Devia, Ferruccio Furlanetto 
2. Regina= reine en italien
3. Magda Olivero mourut en 2014, à l'âge de 104 ans et elle continua de chanter au-delà de sa 90e année, elle enregistra encore des extraits d'Adriana Lecouvreur à 82 ans avec une technique stupéfiante

Autres articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire !
S'il vous plaît entrez votre nom ici