Festival Castell Peralada 2019

En hommage à Montserrat Caballé

Récital Sondra Radvanovsky, soprano

Anthony Manoli, Piano

Œuvres de Caccini, Scarlatti, Gluck, Durante, Bellini, Verdi, Donizetti, Rossini, Puccini
et bis de Cilea, Catalani, Puccini, Bellini, et conclusion avec Somewhere over the rainbow

Festival Castell Peralada, Iglesia del Carmen, 17 août 2019

Artiste chérie du Festival catalan de Peralada où elle se produit régulièrement depuis 2007, Sondra Radvanovsky était l’invitée exceptionnelle de la 33ème édition, pour laquelle la direction avait choisi de rendre hommage à Montserrat Caballé le 17 août dernier. Le récital de clôture de la cantatrice canadienne a reçu un accueil si triomphal, qu’il devrait renforcer encore l’histoire d’amour qu’entretiennent le public et la diva dont le retour en 2020 est déjà fixé.

Invitée pour la première fois à Peralada en 2007, Sondra Radvanovsky a immédiatement fait la conquête du public catalan qui ne cesse depuis cette date de la fêter à chacune de ses apparitions. Acclamée en récital ou en concert, mais également dans le rôle de Norma en 2013, la cantatrice a accepté cette année d’honorer la mémoire de Montserrat Caballé, disparue en octobre 2018, à l’origine de l’existence du festival qu’elle fréquenta assidument entre 1983 et 2011. Accompagnée par son fidèle pianiste Anthony Manoli, l’artiste a élaboré un programme extrêmement ambitieux constitué d’airs baroques, de mélodies et d’airs d’opéra dans lesquels s’était illustrée avant elle la diva catalane.
Très en voix, Sondra Radvanovsky a tout d’abord brillé dans l’air de Caccini « Amarilli » puis dans celui de Durante « Danza, danza », rapide et nerveux, mais c’est surtout avec « Sento nel core » de Scarlatti, magnétique et concentré, qu’elle a su imposer au public son propre tempo avec cette page sobre et dépouillée. Prenant la parole avec le plus grand naturel pour expliquer ses choix et en profiter pour glisser une anecdote plus personnelle, la chanteuse a par la suite interprété avec le plus grand soin trois mélodies de Bellini, dont la célèbre et ô combien poétique « Ricordanza » qui reprend note à note le « Qui la voce » de I Puritani. La première partie se terminait avec deux pages lyriques marquées en leur temps par Caballé : l’air de Gulnara « Non so le tetre immagini » de Il Corsaro techniquement souverain legato, filati, phrasé sur le souffle n’ayant rien à envier à celui gravé en studio en 1968 (RCA Anton Guadagno) par celle dont la mémoire était honorée, puis celui de Roberto Devereux de Donizetti « L’amor suo mi fe’beata » confondant d’audace vocale, de plénitude et de liberté.

Un passage chez Rossini avec La Regata veneziana, un cycle appris lorsqu’elle était étudiante, chanté avec ce qu’il faut d’allure et de gouaille populaire, puis chez Puccini avec deux mélodies, « E l’uccellino » suivie par « Sole e amore » librement inspirée par La Bohème, et la cantatrice s’attaquait avec un indiscutable panache à Manon Lescaut ; bénéficiant de l’accompagnement quasi orchestral d’Anthony Manoli, véritable magicien capable de dépeindre en quelques accords les beautés de la partitions, son « Sola perduta abbandonata » vibrant, intense et désespéré, vécu de l’intérieur avec un sens inné du drame, a fait l’unanimité et suscité l’enthousiasme de l’auditoire, captivé par tant de réalisme et de profondeur dramatique.
Contrainte d’interrompre les premières phrases de la scène de Somnambulisme du Macbeth de Verdi – un nouveau titre qu’elle a prévu d’aborder prochainement – pour lutter contre une crise d’asthme inopinée, Sondra Radvanovsky a finalement exécuté cette page redoutable avec brio, recourant aux plus infimes nuances et aux inflexions les plus subtiles pour recréer la folie dans laquelle s’enfonce lentement Lady Macbeth après être devenue meurtrière et avant de disparaitre sur une ultime note filée et piano, un ré bémol longuement tenu, comme on en entend rarement.
Ayant retrouvé son assurance, la chanteuse applaudie à tout rompre aurait a pu se contenter d’un petit rappel avant de se retirer ; mais Sondra Radvanovsky n’est pas de ces artistes formatés au tempérament tiède. Avec son « Io son l’umile ancella » d’Adriana Lecouvreur si généreusement dispensé, au souffle interminable, « Un soffio e la mia voce », la cantatrice a pu montrer l’étendue de son art de diseuse. Son « Casta diva » aux tonalités argentées, chanté archet à la corde a fait délirer le public ivre de retrouver sa déesse qui se lançait sans attendre dans un extraordinaire « Vissi d’arte » de Tosca. L’air de La Wally « Ebben ne andro lontana » offert ensuite, en souvenir du concours des Voix nouvelles du Met qu’elle avait remporté il y a vingt-trois ans, quatrième bis chanté d’une voix à la fois indestructible et émouvante, a fait chavirer les auditeurs, ko mais heureux de pouvoir vivre de tels moments.
Sourire aux lèvres Sondra Radvanovsky a finalement pris congé de ce parterre à qui elle a pris soin d’annoncer qu’elle serait de retour l’an prochain dans une Aida où elle sera entourée par Piotr Beczala, Anita Rachvelishvili et Carlos Alvarez, avec l’hymne de Judy Garland « Somewhere over the rainbow », tout simplement sublime.

François Lesueur
Après avoir suivi des études de Cinéma et d'Audiovisuel, François Lesueur se dirige vers le milieu musical où il occupe plusieurs postes, dont celui de régisseur-plateau sur différentes productions d'opéra. Il choisit cependant la fonction publique et intègre la Direction des affaires culturelles, où il est successivement en charge des salles de concerts, des théâtres municipaux, des partenariats mis en place dans les musées de la Ville de Paris avant d’intégrer Paris Musées, où il est responsable des privatisations d’espaces.  Sa passion pour le journalisme et l'art lyrique le conduisent en parallèle à écrire très tôt pour de nombreuses revues musicales françaises et étrangères, qui l’amènent à collaborer notamment au mensuel culturel suisse Scènes magazine de 1993 à 2016 et à intégrer la rédaction d’Opéra Magazine en 2015. Il est également critique musical pour le site concertclassic.com depuis 2006. Il s’est associé au wanderesite.com dès son lancement
Crédits photo : © Joan Castro – Iconna

Autres articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire !
S'il vous plaît entrez votre nom ici