Palazzetto Bru Zane Venezia 27 avril 2017
Festival Fernand de la Tombelle, gentilhomme de la belle époque
Mélodies de Fernand de la Tombelle (1854–1928)
Nicolas Courjal (basse)
Antoine Palloc (piano)

Coucher de soleil (Leconte de Lisle)
Promenade nocturne (Théophile Gautier)
Un rêve (Hubert de Roquefeuil)
Pour la paix (inconnu)
Veux-tu les chansons de la plaine (inconnu)
Les reliques (Gabriel Ducos)
Elégie (inconnu)
Chanson de grève (Paul Rabot)
Les tisserands (inconnu)
Cavalier mongol (Marcel de Lihus)
Pourquoi ? (Georges Boutelleau)
Les papillons (Théophile Gautier)
Ischia (Alphonse de Lamartine)

bis Malia de Tosti

Palazzetto Bru Zane, Venise, le 27 avril 2017

Le Palazzetto Bru Zane, propose entre le 8 avril et le 11 mai, un festival consacré à Fernand de la Tombelle, artiste prolifique tombé dans l'oubli, auteur notamment d'une centaine de mélodies que le public vénitien pouvait découvrir grâce à Yann Beuron (8 avril) et surtout à Nicolas Courjal le 27, dans un plein programme. Une découverte qui se prolongera le 12 juin à Paris, au Théâtre des Bouffes du Nord, avec un concert où le compositeur sera associé à Fauré

Toujours en quête de compositeurs oubliés et d’œuvres inédites, la direction du Palazzetto Bru Zane (PBZ), centre de musique romantique incontournable, installé à Venise, a choisi de réhabiliter la figure de Fernand de la Tombelle (1854–1928). Pianiste et organiste virtuose, cofondateur de la Schola Cantorum, auteur d'une production féconde et éclectique, cet élève de Théodore Dubois et d'Alexandre Guilmant, proche de Saint-Saëns dont il reçut les conseils, homme de grande culture et artiste doué, embrassa tous les genres, de la musique de chambre, aux pièces d'orgue en passant par la musique de scène et la mélodie. En véritables détectives, les membres du PBZ ont choisi d'exhumer plusieurs de ces pages parmi la centaine qui avait fait le bonheur des salons ouverts en leur temps à la riche société parisienne. Par bonheur un grand nombre d’entre elles ont été mises à disposition par une descendante directe du compositeur, très heureuse de pouvoir participer à cette redécouverte. Parallèlement à la sortie d'un album confié au baryton Tassis Christoyannis et au pianiste Jeff Cohen (Aparté), le PBZ proposait à Venise dans ce magnifique casino de la famille Zane entièrement restauré, un récital défendu par la basse française Nicolas Courjal et le pianiste Antoine Palloc. Quoi de plus idéal pour évoquer l'esprit de ces fameuses soirées alors en vogue au XIXème siècle que cet écrin aux dimensions et à l'acoustique parfaites ? Tous les deux très investis, le chanteur et son accompagnateur ont su constituer un programme de qualité puisant parmi un corpus aux thématiques et aux inspirations très variées.

Débuté par un impressionnant « Coucher de soleil » sur un poème de Leconte de Lisle, où la basse a su faire retentir son puissant instrument, le récital n'a cessé de mettre en valeur l'originalité et la diversité de cette écriture. Souvent dédicacées à de grands noms comme ce « Cavalier mongol » en hommage au baryton Numa Auguez, qui décrit avec fougue l'image d'un Orient rêvé et avec elle la figure d'un brigand belliqueux et conquérant auquel Courjal prête tout son panache, les mélodies de Fernand de la Tombelle offrent un large panorama émotionnel et sensoriel. Emois sentimentaux avec « Promenades nocturnes » (Gautier), douleur de l'absence « Chanson de grève », horreur de la guerre avec le poignant « Pour la paix », ou encore les conditions de vie terribles des ouvriers rendues avec une vibrante acuité dans « Les Tisserands », dont Courjal fait ressortir avec une belle expressivité le désespoir d'un père face à la dureté de son existence et au déshonneur de sa fille. Dans cet exercice dominé avec aisance, le chanteur livre une véritable leçon de style soignant la prosodie française, tirant habilement profit des climats par un jeu subtil de couleurs et de nuances qui captent l'attention et la maintienne en alerte pendant toute la performance. A ses côtés Antoine Palloc distille un jeu profond, solide et vigoureux qui porte la voix de la basse et anime cette musique qui marie dans un même geste, langueur et violents emportements, souvent situés en fin de section pour accentuer l'impression de progression et de climax, tout en confirmant les talents de Fernand de la Tombelle. « Ischia » sur un poème de Lamartine, confié à une voix de femme, terminait élégamment ce beau programme qui ne devrait pas s'arrêter là si l'on en croit l'enthousiasme avec lequel ce duo s'est emparé de cette résurrection, tandis que le chanteur et son pianiste revenaient avec un bis célèbre de Tosti, en italien cette fois, « Malia », tout en charme et en légèreté.

 

François Lesueur
Après avoir suivi des études de Cinéma et d'Audiovisuel, François Lesueur se dirige vers le milieu musical où il occupe plusieurs postes, dont celui de régisseur-plateau sur différentes productions d'opéra. Il choisit cependant la fonction publique et intègre la Direction des affaires culturelles, où il est successivement en charge des salles de concerts, des théâtres municipaux, des partenariats mis en place dans les musées de la Ville de Paris avant d’intégrer Paris Musées, où il est responsable des privatisations d’espaces.  Sa passion pour le journalisme et l'art lyrique le conduisent en parallèle à écrire très tôt pour de nombreuses revues musicales françaises et étrangères, qui l’amènent à collaborer notamment au mensuel culturel suisse Scènes magazine de 1993 à 2016 et à intégrer la rédaction d’Opéra Magazine en 2015. Il est également critique musical pour le site concertclassic.com depuis 2006. Il s’est associé au wanderesite.com dès son lancement

Autres articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire !
S'il vous plaît entrez votre nom ici