Christoph Willibald Gluck (1714–1787)
Orfeo ed Euridice

Azione teatrale per musica in tre atti   (Version de Vienne – 1762 )
Libretto di Renato da Calzabigi

 

Shirley Verrett (Orfeo)
Anna Moffo (Euridice)
Judith Raskin (Amore)

I virtuosi di Roma
Direction Renato Fasano
Chœur Polyphonique de Rome,
Direction Nino Antonellini

Enregistré à Rome dans les studios RCA en 1965 SONY Classical 2018

Version italienne, française, révisée par Berlioz, pour mezzo, ténor, ou baryton, Orfeo ed Euridice demeure une pièce maîtresse de Gluck dont les gravures se succèdent depuis des décennies. Alors que l’œuvre est donnée en ce moment au TCE, interprétée par Philippe Jaroussky et Patricia Petitbon sous la direction de Diego Fasolis et que le titre vient de paraître chez Erato (avec le contre-ténor français aux côtés d’Amanda Forsythe dans le rôle d’Euridice), le label SONY a choisi de remettre dans le circuit la lecture de Renato Fasano et de Shirley Verrett publiée chez RCA en 1966. Si par moment celle-ci fait son âge, ce témoignage cinquantenaire fortement concurrencé à l’époque, tient malgré tout son rang et mérite d’être écouté à nouveau.

Avouons-le humblement : nous avions oublié l’existence de cet enregistrement d’Orfeo ed Euridice et c’est avec plaisir que nous l’avons redécouvert. En 1965, date de sa réalisation dans les studios romains de RCA, ce projet était de toute évidence novateur puisqu’il tentait de redonner vie à cette partition, dans un esprit « baroque ». Douze ans après la mort de Kathleen Ferrier qui s’était emparée du rôle, la proposition du chef italien Renato Fasano était « avant-gardiste », celui-ci choisissant pour l’occasion non pas un grand orchestre classique, mais une formation réduite capable de s’apparenter aux sonorités et au jeu des instruments anciens. Nos oreilles ont depuis eu la chance d’être éduquées, la révolution baroque ayant transformé nos préjugés et fini de convaincre les plus réticents, même si l’on peut continuer d’admirer les visions de Monteux (RCA 1955), Rosbaud (Philips 1956), Karajan (Salzbourg 1959), ou Solti (Decca 1969).

Si Renato Fasano peut passer pour un précurseur, sa contribution demeure modeste : son orchestre dégraissé répond cependant davantage aux exigences baroques que celui de Vaclav Neumann à la même époque pour EMI (un compact Gewandhausorchester Leipzig ) et le tissu orchestral allégé, accompagne les voix sans les écraser ou tenter de rivaliser avec elles. Chaque tableau est différencié pour suivre l’éprouvant voyage d’Orfeo contraint pour rejoindre sa bien-aimée, de se rendre aux Enfers avant de retrouver des territoires plus avenants. D’une poésie singulière et d’une extrême originalité, la partition de Gluck donne parfois le sentiment d’être inutilement secouée, le tempo subissant des variations que l’on qualifiera d’audacieuses, qui perturbent l’ordonnancement interne de l’œuvre, sans pour autant les dénaturer. Généralement lentes, mais jamais aussi pesantes que celles dirigées par Neumann dans la gravure concurrentielle avec Grace Bumbry (Emi), les scènes narratives, calmes ou méditatives sont maîtrisées, même si celles-ci sont souvent interrompues par des parties dédiées aux ballets très éruptives, comme pour déstabiliser l’auditeur ou produire de purs effets : mais après tout d’autres chefs, comme Minkowski, cultiveront quelques années plus tard cette tendance, pour le plus grand bonheur de certains….
Alors à l’orée d’une grande carrière, Shirley Verrett est un fort séduisant Orfeo, au profil racé et androgyne, tandis que sa voix sombre aux reflets mordorés, rugueuse par moment, modelée à d’autres est tout sauf monotone. Moins voluptueuse et virtuose que celle de Marilyn Horne qui campera un des plus saisissants Orfeo cinq ans plus tard sous la baguette de Georg Solti, Verrett captive par son interprétation vibrante et fouillée qui culmine dans un « Che faro senza Euridice » mouillé de larmes, d’une très grande beauté. Trop star, Anna Moffo passe un peu à côté du rôle délicat d’Euridice, qu’elle aborde de haut, sûre de son magnétisme et de son aura, mais qu’elle donne l’impression de survoler, sans mettre de sa personne, trop absente pour être concernée. C’est d’autant plus regrettable qu’à cette période l’instrument possède encore cette chair et ce moelleux qui disparaîtront très rapidement pour ne laisser échapper que métal et stridences prématurées dans l’aigu. Judith Raskin est une erreur de casting, son Amore rabougri et convenu, sans le moindre allant donnant des envies de meurtre. Un peu trop bruyants, quasi hollywoodiens, les membres du Chœur Polyphonique de Rome, dirigés par Nino Antonellini auraient mérité plus d’égards, leur constante sauvagerie irritant parfois nos tympans, mais l’ensemble demeure de belle tenue.

Une jeune Shirley Verrett
François Lesueur
Après avoir suivi des études de Cinéma et d'Audiovisuel, François Lesueur se dirige vers le milieu musical où il occupe plusieurs postes, dont celui de régisseur-plateau sur différentes productions d'opéra. Il choisit cependant la fonction publique et intègre la Direction des affaires culturelles, où il est successivement en charge des salles de concerts, des théâtres municipaux, des partenariats mis en place dans les musées de la Ville de Paris avant d’intégrer Paris Musées, où il est responsable des privatisations d’espaces.  Sa passion pour le journalisme et l'art lyrique le conduisent en parallèle à écrire très tôt pour de nombreuses revues musicales françaises et étrangères, qui l’amènent à collaborer notamment au mensuel culturel suisse Scènes magazine de 1993 à 2016 et à intégrer la rédaction d’Opéra Magazine en 2015. Il est également critique musical pour le site concertclassic.com depuis 2006. Il s’est associé au wanderesite.com dès son lancement

Autres articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire !
S'il vous plaît entrez votre nom ici