« Selige Stunde » Romantic songs

Franz Schubert (Der Musensohn)
Ludwig van Beethoven (Adelaide/Zärtliche Liebe)
Philipp Friedrich Silcher (Ännchen von Tharau)
Felix Mendelsohnn (Auf Flügeln des Gesanges)
Edvard Grieg (Ich Liebe Dich)
Franz Liszt (Es Muss Ein Wunderbares sein)
Robert Schumann (Widmung)
Franz Schubert (Der Jüngling an der Quelle)
Carl Bohm (Still wie die Nacht)
Richard Strauss (Zueignung)
Alexander Zemlinsky (Selige Stunde)
Frederic Chopin/Aloïs Melichar (In mir klingt ein Lied)
Hugo Wolf (Versschwiegene Liebe)
Antonin Dvorak (Als die alte Mutter)
Richard Strauss (Allerseelen )
Johannes Brahms (Da unten im Tale)
Piotr Ilyich Tchaikovski (Nur wer die Sehnsucht kennt)
Wolfgang Amadeus Mozart (Das Veilchen)
Wolfgang Amadeus Mozart (Sehnsucht nach dem Frühling)
Felix Mendelsohn (Gruss)
Franz Schubert (Die Forelle)
Robert Schumann (Mondnacht)
Johannes Brahms (Wiegenlied)
Franz Schubert (Wandrers Nachtlied II)
Hugo Wolf (Verborgenheit)
Gustav Mahler (Ich bin der Welt abhanden gekommen)

Jonas Kaufmann (tenor)
Helmut Deutsch (pianist)

1CD Sony Classical – 19439783262

Enregistré à Munich, 16–19 avril 2020

Avec un si joli titre, « Selige Stunde »(« L’heure bénie » en français), le nouvel album de Jonas Kaufmann ne peut que nous réconforter en ces temps de pandémie et de confinement. Retour aux sources pour le ténor allemand qui, malgré les sirènes du marketing et ses échappées plus ou moins bienvenues vers la Chanson napolitaine ou l’opérette notamment, ne peut s’éloigner trop longtemps de la mélodie en général et des lieder qu’il affectionne. Enregistré en avril dernier à Munich avec son fidèle mentor et accompagnateur attitré, Helmut Deutsch, ce panorama de mélodies romantiques est un baume pour le cœur et les oreilles, à se procurer sans perdre un instant.

 

Tous les chanteurs n’ont pas la chance de Jonas Kaufmann qui n’a qu’à lever le petit doigt pour que ses vœux soient exaucés. Car se permettre d’enregistrer un programme de lieder allemands en plein confinement n’est pas donné à tout le monde, mais les stars pour peu qu’elles sachent se plier à certaines obligations commerciales et accepter quelques concessions (comme celle de graver un cd consacré aux chants de Noël !!!) peuvent avoir quelques satisfactions. On le sait l’art du lied n’est pas une coquetterie pour Jonas Kaufmann qui a toujours privilégié le récital, pour revenir à ses fondamentaux, entre deux productions lyriques. Chez Harmonia Mundi bien avant la gloire (l’album Strauss avec Deutsch déjà en 2006), chez Decca (Die schöne Müllerin) et aujourd’hui chez Sony, le célèbre ténor n’a jamais renié ses premières amours défendant avec la même minutie d’orfèvre, ces miniatures individuelles ou réunies en cycle, bravant les interdits en s’arrogeant même le droit de chanter les Vier letzte Lieder de Strauss (en récital seulement, la version orchestrale dirigée avec Antonio Pappano n’ayant pu voir le jour) et l’intégralité de Das Lied von der Erde de Mahler (avec Jonathan Nott ches Sony).

Proche de cette musique qui l’accompagne depuis son enfance et de ces poèmes dont il a su s’entourer et s’imprégner, Kaufmann a la culture du lied, comme d’autres celle de l’oratorio. Là où la scène lui permet de développer un personnage sur la longueur, la mélodie lui impose de raconter une histoire en quelques minutes seulement et cela ne lui fait pas peur. L’exercice est effrayant, mais les plus grands qui s’y sont illustrés avant lui, de Schwarzkopf à Fischer-Dieskau en passant par Prey, Seefried ou Wunderlich, partageaient les mêmes aptitudes seuls avec leurs pianistes, face à un public réel (en salle) ou virtuel (en studio). Pour cette « Selige Stunde » le duo Kaufmann/Deutsch a puisé dans le vaste vivier de la mélodie allemande, prenant ici des hits, là des raretés. Schubert, présent à quatre reprises tout de même, sort gagnant avec en ouverture un « Musensohn » plein d’allant, quasi fanfaronnant, une « Forelle » spirituelle, un « Wandrers Nachtlied II » susurré, mais surtout une divine berceuse chantée sur un fil de voix prêt à se casser, « Der Jüngling an der Quelle ». Sa manière de détacher chaque syllabe pour les faire claquer « Adelaïde », la netteté de l’articulation « Zärtliche Liebe » les deux de Beethoven, ce chant à fleur de lèvres qui fut longtemps l’apanage de Fischer-Dieskau (« Es muss ein Wunderbares sein » de Liszt) procurent d’irrésistibles sensations auditives. Le « Still wie die Nacht » de l’inconnu Carl Bohm, pianiste et compositeur né en 1844 et mort en 1920, sur un beau poème traditionnel d’amour éperdu, lui permet de chanter à plein poumons et d’alterner cette vaillance avec le « Wiegenlied » de Brahms poétique et éthéré, le « Mondnacht » immatériel signé Schumann, ou plus loin avec le « Da unten im Tale » toujours de Brahms, interprété de la façon la plus simple et naturelle qui soit. La mélodie de Zemlinski qui donne son nom à l’album est superbe, comme celle de Tchaïkovski « Nur wer die Sehnsucht kennt » sur un texte de Goethe, également utilisé par Wolf (Mignon II), mais le ténor touche au sublime dans « Allerseelen » de Strauss où chaque intonation ajoute à la qualité de l’expression et renforce les douloureuses évocations du passé que se remémore le narrateur avec la phrase répétée « Wie einst in Mai ». Adepte de Schubert nous l’avons dit, dont il lui reste à aborder le « Schwanengesang » et de Schumann dont il ne peut masquer la proximité, Wolf ne devrait plus lui résister longtemps ; car l’écoute des deux mélodies choisies dans ce recueil, « Verschwiegene Liebe » et « Verborgenheit » ne laissent planer aucun doute sur la merveilleuse symbiose entre l’interprète et le compositeur. Inspiré par la puissance des textes et la précision maniaque et pénétrante de cette musique – admirablement rendue comme l’ensemble de cet album par Helmut Deutsch, pianiste et magicien du son hors pair – Jonas Kaufmann devrait explorer le monde de Wolf en solitaire pour faire oublier son décevant Italienisches Liederbuch avec Diana Damrau (Emi 2018). Dépouillé enfin de tous les attributs de son pouvoir, de sa capacité à émouvoir et du théâtre qu’il est capable de convoquer par la seule beauté de sa voix et de son timbre unique, le ténor, soutenu par son accompagnateur fétiche, avance puis semble disparaitre au loin « Seul dans son ciel, dans son amour et dans son chant » sur les derniers accords du « Ich bin der Welt abhanden gekommen » extraits des Rückert-Lieder de Mahler, suffocants de beauté. Un disque incontournable.

 

 

François Lesueur
Après avoir suivi des études de Cinéma et d'Audiovisuel, François Lesueur se dirige vers le milieu musical où il occupe plusieurs postes, dont celui de régisseur-plateau sur différentes productions d'opéra. Il choisit cependant la fonction publique et intègre la Direction des affaires culturelles, où il est successivement en charge des salles de concerts, des théâtres municipaux, des partenariats mis en place dans les musées de la Ville de Paris avant d’intégrer Paris Musées, où il est responsable des privatisations d’espaces.  Sa passion pour le journalisme et l'art lyrique le conduisent en parallèle à écrire très tôt pour de nombreuses revues musicales françaises et étrangères, qui l’amènent à collaborer notamment au mensuel culturel suisse Scènes magazine de 1993 à 2016 et à intégrer la rédaction d’Opéra Magazine en 2015. Il est également critique musical pour le site concertclassic.com depuis 2006. Il s’est associé au wanderesite.com dès son lancement

Autres articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire !
S'il vous plaît entrez votre nom ici