14 mars 2021 – Oullins, Théâtre de la Renaissance.

Ensemble Court-circuit
Jean Deroyer : direction musicale

Francesca Verunelli (née en 1979) : Cinemaolio
Beat Furrer (né en 1954) : spur
Jean-Luc Hervé (né en 1960) : Amplification / propagation 3
Farnaz Modarresifar (née en 1989) : Silences Inouïs, création mondiale

 

15 mars 2021 – Oullins, Théâtre de la Renaissance.

Ensemble orchestral contemporain
Bruno Mantovani : direction

Marc Monnet (né en 1947) : Ti, ci, ti, ti, timptru, création mondiale
Ivan Fedele (né en 1953) : Richiamo (1994)
Francesco Filidei (né en 1973) : Ballata n°8 – création mondiale
Lara Morciano (née en 1968) : Nei rami chiari – création mondiale

José Miguel Fernandez : réalisation informatique musicale GRAME
Carlo Laurenzi : électronique Ircam

Oullins, Théâtre de la Renaissance les 14 et 15 mars 2021 à 20h

Annulée pour cause de Covid en 2020, la Biennale des Musiques exploratoires B!ME du GRAME rouvre ses portes pour l'édition 2022, avec pour thématique la question de la musique comme élément – liaison dans notre rapport fluide et changeant au monde. Reprenant la métaphore de Lyon comme "ville confluence", les deux directeurs Anouck Avisse et Sebastian Rivas signent un édito où il est question de ces structures sonores comme autant d' "architectures invisibles" qui dessinent autour et à l'intérieur de nous une forme de symbiose et de sentiment d'être au monde. Cette édition 2022 met à l'honneur l'œuvre et la pensée de l'architecte Philippe Rahm, autour de la notion de constructions où la matière physique rejoint l'utopie d'un élément vaporeux et changeant. Répartis et dispersés en plusieurs lieux d'écoute, les événements de la B!ME mêlent aussi bien une adaptation du roman Cosmos de Gombrowicz par Fernando Fizsbein, des inventions scéniques et sonores de Ryoji Ikeda au Sucre ou des créations de Florentin Ginot, Helge Sten aux Subsistances. L'Orchestre National de Lyon donnera en création mondiale Riji de Lara Morciano, encadré par Locus… doublure… Solus d'Olga Neuwirth et le vaste Terretektorh de Xenakis, sans oublier l'hommage à Gérard Grisey par l'Ensemble Intercontemporain ave Vortex temporum et Quatre chants pour franchir le seuil.

 

Ensemble Court-Circuit – Jean Deroyer

Deux soirées très contrastés et virtuoses nous attendent au Théâtre de la Renaissance à Oullins, avec pour le premier concert, l’Ensemble Court-circuit qui interroge la notion de processus et de continuum, notamment avec Amplification/propagation 3 (2006), une pièce de Jean-Luc Hervé pour trio à cordes et piano. La spatialisation et la trajectoire sonore est au cœur de cette partition, avec des interventions qui naissent dans la résonance grave du piano et progressivement se déploient en lignes tantôt frottées et tantôt percussives entre les instruments du trio à cordes. On navigue ici au cœur d'un flux spectral qui place le timbre au centre de la structure générale de la pièce. À l'inverse, Spur (1998) du compositeur autrichien d'origine suisse Beat Furrer donne à l'impact et à une rythmique ostinato très jazzy la prééminence des éléments musicaux qui s'y agrègent. Le piano impose au quatuor à cordes une répétition de cellules qui progressivement, contaminent par touches nerveuses tout le discours avant de disparaître dans un horizon ponctué de pizzicatos.

Compositrice franco-iranienne et spécialiste du santour, instrument traditionnel, Farnaz Modarresifar propose avec Silences inouïs une forme libre où s'interpénètrent des vortex qui tantôt étirent, tantôt réduisent le temps musical à des écrasements de texture et de timbres, comme une couleur saturée projetée sur une toile. Plus explicitement articulé autour d'une mécanique instrumentale traversée de lignes vibrées et volumineuses, le vaste et génial Cinemaolio de Francesca Verunelli se déploie avec la dureté fantasque et agitée d'une sculpture de Tinguely. L'amplification bruitiste et virtuose du piano conduit à une déformation obstinée d'une matière sonore avec cordes et vents, à la manière d'une compression de César dont on observerait tout le processus d'élaboration.

La seconde soirée déroule un généreux programme dirigé par le compositeur et chef d'orchestre Bruno Mantovani à la tête de l'Ensemble orchestral contemporain dont il assure depuis 2020 la direction artistique et musicale, à la suite de son créateur Daniel Kawka. La soirée débute avec Ti,ci,ti,ti, timptru de Marc Monnet, œuvre dont la plastique magistrale et subtile s'inscrit dans un titre qui, souvent chez ce compositeur, résonne comme une signature stylistique et l'annonce d'un contenu. Sur la base d'une allusion aux chants d'oiseau, Monnet développe une forme qui pourrait surprendre par l'élégance et la simplicité de la construction des tutti et des interventions solistes. Au-delà de la légèreté, on trouve ici la profondeur réflexive d'un opera seria, avec l'étrangeté d'un instrumentarium où surgit parfois un accord de banjo ou un sifflet à roulette. La précision de la mise en place est redoutablement difficile – défi surmonté de belle manière par les instrumentistes de l'Ensemble orchestral contemporain secondés par le piano de Jean-Marie Cottet remplaçant au pied levé le pianiste de l'EOC porté pâle pour cause de covid.

Richiamo d'Ivan Fedele est une pièce qui repose sur des unissons qui s'écartent en donnant naissance à des accords parfois très consonants et harmoniques. L'électronique se greffe sur ces accords en guise d'ornementation qui viendrait envelopper l'écoute comme l'écho d'une voix qui formerait l'écrin d'un texte lu ou chanté. Cette écriture en nappes et en irisations se développe dans un espace acoustique souligné par un ensemble de cuivres. Ballata n°8 de Francesco Filidei reprend un thématique romantique, inspirée davantage par le Liszt des poèmes symphoniques que par les Ballades de Chopin. En forme de large fresque de sons et de perspectives, on retrouve ici l'univers acousmatique propre aux qualités d'organiste du compositeur italien. La matière sonore est séparée du corps physique de l'instrument qui la produit, comme l'organiste demeure invisible aux yeux du spectateur. L'écrin strictement mécanique de l'instrument – orchestre est également présent dans cette pièce prolixe et mobile. L'auditeur est au cœur d'une machine musicale dont les instruments sont les éléments organiques d'une exploration du son.

La soirée se conclut avec Nei rami chiari de Lara Morciano, avec un orchestre très proche dans sa dimension et sa composition avec la pièce précédente. Attention à une sonorité solistique, même si l'intention est de travailler à une sonorité globale. À l'instar d'une pièce comme la symphonie de chambre de Schoenberg, cette œuvre manifeste des qualités d'écriture surabondantes au point de troubler l'écoute et de ne plus savoir en définitive si l'aspect polyphonique est le résultat d'une globalité ou bien si l'oreille doit se focaliser sur telle ou telle intervention d'un instrument saisi comme instrument soliste. L'intérêt se porte en alternance sur des sonorités parfois cristallines et pures, ou bien au contraire des sons  écrasés, hétérogènes ou pulvérisés. La partition privilégie une ligne musicale très directionnelle où l'énergie est mise en avant avec un relief et une agressivité totalement assumés. L'électronique intervient en temps réel pour enrichir le spectre sonore et donner du relief à une articulation instrumentale déjà vigoureuse et engagée.

Ensemble Orchestral Contemporain – Bruno Mantovani
David Verdier
David Verdier Diplômé en musicologie et lettres modernes à l'université de Provence, il vit et enseigne à Paris. Collabore à plusieurs revues dont les Cahiers Critiques de Poésie et la revue Europe où il étudie le lien entre littérature et musique contemporaine. Rédacteur auprès de Scènes magazine Genève et Dissonance (Bâle), il fait partie des co-fondateurs du site wanderersite.com, consacré à l'actualité musicale et lyrique, ainsi qu'au théâtre et les arts de la scène.
Article précédentSondra Radvanovsky en majesté
Article suivantPater Melodicus

Autres articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire !
S'il vous plaît entrez votre nom ici