La saison en un coup d’œil :

 

22/09 > 3/10 : Saint-Félix de Elise Chatauret
7 > 18/10 : La Vie de Galilée de Bertolt Brecht, mise en scène de Claudia Stavisky
8> 18/10 : Suzy Storck de Magali Mougel, mise en scène de Simon Delétang
21> 25/10 : Dimanche, mise en scène Julie Tenret, Sicaire Durieux, Sandrine Durieux
3> 7/11 : Ivres d’Ivan Viripaev, mise en scène d’Ambre Kahan
4> 15/11 : Change me, mise en scène de Camille Vernon, Simon Bourgade
4> 8/11 : Cyrano de Bergerac d’Edmond Rostand, mise en scène de Jean Liermier
12> 15/11 : Love d’Alexander Zeldin
17 > 22/11 : Vie de Joseph Roulin, mise en scène de Thierry Jolivet
17> 18/11 : Itinéraires de Yann Verburgh, mise en scène d’Eugen Jebeleanu
20 > 22/11 : A Bright Room called day de Tony Kushner, mise en scène de Catherine Marnas
25/11 > 4/12 : La Terre se révolte de Sara Llorca, Omar Youssef Souleimane, Guillaume Clayssen, mise en scène de Sara Llorca
25/11 > 3/12 : La Mouette de Cyril Teste, adaptation de Tchékhov
9 > 19/12 : Ça marchera jamais de Les Transformateurs, mise en scène de Nicolas Ramond
9 > 13/12 : King Size de Christoph Marthaler
15 > 31/12 : Fracasse, mise en scène de Jean-Christophe Hembert
17 > 31/12 : François, le saint jongleur de Dario Fo, mise en scène de Claude Mathieu
5 > 16/01 : Arlequin poli par l’amour de Marivaux, mise en scène de Thomas Jolly
6 > 16/01 : Ana, mise en scène de Laurent Ziserman
19 > 27/01 : L’Heure bleue de David Clavel
20/01> 6/02 : Hen, mise en scène de Joanny Bert
29 > 31/01 : La Dispute de Mohammed El Khatib
3 > 7/02 : I Silenti de Fabrizio Cassol, Tcha Limberger, mise en scène de Lisaboa Houbrechts
11 > 13/02 : Vilain ! mise en scène d’Alexis Armengol
23 > 27/02 : Una Costilla sobre la mesa : Madre de Angelica Liddell
24/02 > 7/03 : Surexpositions de Marion Aubert, mise en scène de Julien Rocha
3> 13/03 : Electre des bas-fonds de Simon Abkarian
6> 8/03 : Monsieur X de Mathilda May
10 > 14/03 : Merci la nuit de Raphaël Defour
16 > 27/03 : Et moi le silence de Naomi Wallace, mise en scène de René Loyon
17 > 20/03 : Outside de Kirill Serebrennikov
23 > 27/03 : Nosztalgia Express de Marc Lainé
30/03 > 10/04 : Laterna Magica d’Ingmar Bergman, mise en scène de Dorian Rossel, Delphine Lanza
31/03 > 4/04 : Les Couleurs de l’air d’Igor Mendjisky
9 > 11/04 : By Heart de William Shakespeare, Ray Bradbury, Georges Steiner, Joseph Brodsky ; mise en scène de Tiago Rodrigues
15 > 25/04 : Pourama Pourama de Gurshad Shaheman
27/04 > 8/05 : Bâtir, mise en scène de Raphaël Patout
27/04 > 8/05 : Tout mon amour, de Laurent Mauvignier, mise en scène d’Arnaud Meunier
18 > 27/05 : Je m’en vais mais l’État demeure (1, 2 et 3), d’Hugues Duchêne
18 > 28/05 : Mars-2037 de Pierre Guillois
19 > 28/05 : Je m’en vais mais l’État demeure (4 et 5), d’Hugues Duchêne
22 > 29/05 : Je m’en vais mais l’État demeure (intégrale), d’Hugues Duchêne
1 > 13/06 : Room de James Thierrée
2 > 12/06 : Stallone d’Emmanuelle Bernheim

 

Saison 2020–2021 Théâtre des Célestins, du 22 septembre 2020 au 13 juin 2021

C’est à un voyage vers des territoires inconnus, à explorer ensemble que Claudia Stavisky et Pierre-Yves Lenoir nous convient à l’occasion de cette nouvelle saison du théâtre des Célestins – si difficile à prévoir avec précision dans son déroulement encore à ce jour. Ouvrant leur avant-propos par une citation du formidable livre de Nuccio Ordine, Les Hommes ne sont pas des îles (Les Belles Lettres, 2018), ils rappellent le lien indéfectible qui unit chacun aux autres. Ils rappellent aussi le péril du repli identitaire, du repli sur soi en général. Là, le théâtre peut quelque chose. Peut-être. Avec eux, nous sommes en tout cas prêts à croire en sa capacité de rassemblement, en prenant connaissance de la programmation proposée, avec plus de quarante spectacles annoncés de fin septembre 2020 à juin 2021.

Claudia Stavisky et Pierre-Yves Lenoir, directeurs des Célestins

On retrouve en début de saison la mise en scène de La Vie de Galilée de Brecht par Claudia Stavisky elle-même, acclamée par le public autant que par la critique. Ce qui vaut sans nul doute à Philippe Torreton d’être nommé aux Molières cette année dans la catégorie du comédien dans un spectacle du théâtre public. Tout comme Simon Abkarian dans plusieurs catégories, avec sa mise en scène d’Électre des bas-fonds programmé en mars 2021. Un autre spectacle qui a marqué la saison 2018–2019 est lui aussi présent dans la liste des nommés pour la cérémonie de cette année : il s’agit de l’exceptionnel Opening Night avec Isabelle Adjani (Comédienne dans un spectacle public) et Frédéric Pierrot (Comédien dans un second rôle), dans la mise en scène de Cyril Teste que nous avions vraiment beaucoup aimée. Cyril Teste sera de retour aux Célestins cette saison avec son adaptation attendue de La Mouette fin novembre et début décembre 2020. Nous serons bien sûr au rendez-vous et ne manquerons pas non plus de voir en novembre A bright Room called day le texte aux sombres échos avec notre présent écrit par Tony Kushner et mis en scène par Catherine Marnas. Nous verrons aussi avec enthousiasme le travail passionnant d’Angelica Liddell pour la première fois à Lyon, avec Una Costilla sobre  la mesa : Madre dans la Grande Salle en février 2021.

Les deux directeurs ouvrent toujours la voie aux auteurs internationaux. Pas d’exception la saison prochaine avec entre autres Ivres d’Ivan Viripaev en novembre ; Love d’Alexander Zeldin toujours en novembre – que nous avions vu à la Comédie de Valence à l’automne 2018 ; La Terre se révolte du poète syrien Omar Youssef Souleimane en collaboration avec la metteure en scène Sara Llorca, en Célestine entre novembre et décembre ; King Size de Christoph Marthaler pour la première fois à Lyon, en décembre ; François, le saint jongleur de Dario Fo avec Guillaume Gallienne, à la fin de l’année 2020 ; Et moi le silence de Naomi Wallace, mis en scène par René Loyon ou encore Outside de Kirill Serebrennikov qui a marqué l’édition 2019 du Festival d’Avignon, tous deux en mars. Notons enfin la programmation du très connu désormais By Heart mis en scène par Tiago Rodrigues, qui viendra concrétiser un peu plus la force exceptionnelle de ce « nous » lors d’un spectacle de théâtre. En avril dans la Grande Salle.

Dans la riche programmation de cette saison, on peut également retenir des textes du répertoire comme Cyrano de Bergerac dans la mise en scène de Jean Liermier en novembre, ou encore en janvier, Arlequin poli par l’amour, mis en scène par Thomas Jolly. On soulignera aussi la présence de plusieurs auteurs et metteurs en scène de la jeune génération – que nous apprécions souvent à Wanderer : en octobre, Simon Delétang pour Suzy Storck de Magali Mougel ; en novembre, Yann Verburgh et Eugen Jebeleanu pour Itinéraires – dont nous avions vu la première en France à la Comédie de Valence en mai 2019 dans la cadre du festival Ambivalence(s) ; en janvier, Mohamed El-Katib avec La Dispute ; en janvier-février, Joanny Bert avec Hen (nommé également aux Molières 2020) ; en février Alexis Armengol avec Vilain ! interprété entre autres par la formidable Nelly Pulicani. Précisons le choix intéressant de Thierry Jolivet, artiste associé, dans sa création de la Vie de Joseph Roulin, d’après l’œuvre de Pierre Michon, en Célestine courant  novembre. Nous terminerons par Nosztalgia Express, la dernière création de Marc Lainé, nouveau directeur de la Comédie de Valence, qui sera présentée sur la scène de la Grande Salle à la fin du mois de mars.

Voici sans nul doute de quoi aiguiser prochainement au cours de ce voyage aux Célestins nos divers appétits de spectateurs privés de théâtre pendant de longues semaines – en souhaitant vivement que tous les artistes, que toutes les équipes techniques, partout, puissent retrouver leur activité sans dommage. Les publics reviendront dans les salles. Certainement. Car c’est là qu’on éprouve cette irremplaçable et nécessaire réjouissance que seul fait naître le spectacle vivant.

Tiago Rodrigues dans "By Heart"
Thierry Jallet
Titulaire d'une maîtrise de Lettres, et professeur de Lettres, Thierry Jallet est aussi enseignant de théâtre expression-dramatique. Il intervient donc dans des groupes de spécialité Théâtre ainsi qu'à l'université. Animé d’un intérêt pour le spectacle vivant depuis de nombreuses années et très bon connaisseur de la scène contemporaine et notamment du théâtre pour la jeunesse, il collabore à Wanderer depuis 2016.
Crédits photo : © Cédric Rouillat (Claudia Stavisky, Pierre Yves Lenoir)
© Magda Bizarro (Tiago Rodriguez)
© Martin Lebrun (photo de titre/image de la saison)
Article précédentSans l’ami Emile
Article suivantBeau comme Bouguereau ?

Autres articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire !
S'il vous plaît entrez votre nom ici