Karol Szymanowski : Ouverture de concert
Pascal Dusapin : Outscape,
concerto pour violoncelle et orchestre (Création française)
Violoncelle : Alisa Weilserstein

Richard Strauss : Also sprach Zarathustra, Poème symphonique, op. 30

Orchestre de l'Opéra National de Paris
Direction : Susanna Mälkki

Le 6 avril 2017 à l'Opéra National de Paris – Garnier

Au lendemain de la dernière du Trompe-la-mort de Luca Francesconi, les musiciens de l'orchestre de l'Opéra de Paris retrouvent l'Opéra Garnier pour une soirée symphonique placée également sous la direction de Susanna Mälkki. Ce concert résonne comme la conclusion et l'aboutissement d'une aventure qui aura marqué de belle manière cette saison 2016–2017. Aux commandes d'un effectif dévoué et réceptif, la chef finlandaise conduit un étonnant programme où les influences postromantiques de Strauss et Szymanowski côtoient la création française d'Outscape, voyage concertant au cœur de la matière orchestrale en compagnie de la violoncelliste Alisa Weilerstein.

Si Karol Szymanowski est encore un tout jeune homme de 22 ans lorsqu'il compose sa première pièce pour orchestre, il maîtrise déjà l'intégralité de la grammaire straussienne. Cette tonitruante Ouverture de concert op.12 aborde par la face nord la religion du poème symphonique façon décadent et fin-de-siècle. Les fantômes de Till l'Espiègle et Zarathoustra flottent en arrière-fond, irrésistibles références précédant d'une vingtaine d'année la composition de ces délirantes cataractes sonores. La direction véhémente et engagée de Susanna Mälkki libère un flux d'énergie sans concessions ; le thème initial explose sous sa battue dès les premières mesures et s'ébroue dans une pluie de notes brisées. Fouillant dans cet hyperromantisme multivitaminé avec la lucidité qui permet d'en dégager les lignes, cette vision ne cède à aucun moment à la tentation de noyer dans la masse un nombre pourtant déraisonnable de détails, tels ces trilles subtils sur des unissons de cordes ou dans la section centrale, ces sons effilés, suspendus, juste avant la réexposition lancinante du thème amoureux, languissant, mordoré, comme un serpent mélodique qui, lentement, encercle l'auditeur dans une série d'anneaux concentriques. Cette étonnante écriture quasi cinématographique procède tel un fondu-enchaîné et un lent panorama dans lequel circulent la figure éphémère d'un cor anglais ou d'une clarinette, se fraie un chemin pour aboutir à la résolution de l'accord majeur et la fuite vers un horizon de tremolos enflammés.

Une fois n'est pas coutume, on trouvera en seconde position la création (française) de la soirée – une façon de l'insérer à la manière d'un étrange et sombre bijou dans un écrin postromantique. Ce concerto pour violoncelle "Outscape" de Pascal Dusapin rejoint les ors de Garnier après avoir connu les honneurs d'une création mondiale à Chicago en mai dernier, toujours interprété par la jeune soliste Alisa Weilerstein. Œuvre bien plus inspirée que son alter ego pour violon, Outscape développe un langage très visuel, fait de gestes et de traces sonores, aux confins d'un théâtre d'images.

Sous-tendue par une unique note vibrée, le rideau s'ouvre sur un grand geste soliste avec l'ombre portée d'une tenue à la clarinette basse et des coupures stridentes de claves, rapidement relayées par le piccolo. Dans cette ambiance de jungle musicale entre Conrad et Kipling, le violoncelle se plie et ondule en interaction avec un fond orchestral tantôt complice, tantôt rebelle. Cette écriture se reflète dans le modèle avoué du "devenir animal" deleuzien, conférant à cette œuvre une fonction d'éthologie facétieuse et fascinante. Les figures ambiguës des bois répondent aux battuto et sul ponticello de l'archet soliste – rares incursions dans un panel de mode de jeu relativement peu spectaculaire.

Avec insistance, Dusapin met en valeur la tension continue et le climat vénéneux rehaussé de cuivres en notes courtes et écrasées. Parcourue de longs et lents crescendos menaçants, la pièce fait la part belle au discours soliste en doubles notes furieuses dans lequel on admire l'opulence du grain et la virtuosité magistrale d'Alisa Weilerstein. Il y a un brio remarquable dans cette lutte à mort entre la présence centrale du violoncelle et les figures giratoires que dessine l'orchestre, tel un rite primitif qui se conclut par un long étirement final.

Noyé dans un généreux tremolo séminal de contrebasses, le célèbre Do-sol-do du Zarathustra de Richard Strauss émerge tel un prolongement aux primitivismes d'Outscape. L'attention portée à la subtilité du phrasé fait de la direction de Susanna Mälkki un modèle admirable d'équilibre et de nuance – précieux passeport pour ce voyage dans cet assemblage de thèmes additionnels autant qu'addictifs. Les musiciens de l'orchestre de l'Opéra de Paris répondent avec générosité et engagement aux sollicitations de la battue qui réclame une urgence et une motricité remarquable dans De l'aspiration suprême. Le ressac et les vertiges des joies et des passions contrastent avec l'attendrissement du Chant du tombeau, mais sans une longueur d'archet excessive qui donnerait dans le Viennois façon carte postale ou l'imitation d'un modèle Karajan/Reiner. Tout ici plaide en faveur d'une extrême transparence des équilibres, depuis les éclaboussures d'accords furibards jusqu'aux acmés qui ponctuent ce poème symphonique.

Nul doute que les interventions impeccables du trompettiste Nicolas Chatenet éclairent le Convalescent de ponctuations sans doute plus inspirées que les phylactères périlleux d'Eric Lacrouts dans le Chant de la danse, section légèrement en deçà des cimes environnantes. L'élévation des cordes dans la conclusion confère à l'irisation des timbres et des textures une infinie douceur, avec cette propension de l'orchestre à jouer sous la ligne de flottaison qui distingue la progression du piano au triple piano, pour donner à cette suspension un merveilleux éclat.

 

David Verdier
David Verdier Diplômé en musicologie et lettres modernes à l'université de Provence, il vit et enseigne à Paris. Collabore à plusieurs revues dont les Cahiers Critiques de Poésie et la revue Europe où il étudie le lien entre littérature et musique contemporaine. Rédacteur auprès de Scènes magazine Genève et Dissonance (Bâle), il fait partie des co-fondateurs du site wanderersite.com, consacré à l'actualité musicale et lyrique, ainsi qu'au théâtre et les arts de la scène.
Crédits photo : © Patrick Gipson (en-tête)
© Stefan Bremer

Autres articles

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire !
S'il vous plaît entrez votre nom ici