Casta Diva

Grigory Ginzburg (1904–1961)
« Largo al factotum », extrait du Barbier de Séville de Rossini

Sigismund Thalberg (1812–1871)
« Casta Diva » (L’Art du chant appliqué au piano op.70) extrait de Norma de Bellini
Quatuor des Puritains de Bellini (L’Art du chant appliqué au piano op.70)

Franz Liszt (1811–1886)
Paraphrase de concert sur Rigoletto
Réminiscences de Norma
Réminiscences de Lucia di Lammermoor
Ouverture de Guillaume Tell (finale)

Frédéric Chopin (1810–1849)
Hexaméron, Variation n°6

Carlo Carignani (1857–1919)
« Che gelida manina » et « Quando m’en vo » extraits de La Bohème de Puccini

Ferrucio Busoni (1866–1924)
Zwei Klavierstücke aus den Elegien, « Turandots Frauengemach », Intermezzo

Paul Wittgenstein (1887–1961)
School for the left hand, « Chœur à bouche fermée » extrait de Madame Butterfly

 

Vanessa Benelli Mosell, piano

1 CD Decca 4855290

Enregistré à Prato (Italie), du 12 au 14 août 2020

Exercice particulièrement prisé par les compositeurs romantiques, la transcription pour piano de pièces lyriques est rapidement devenu un pilier du répertoire pianistique grâce à la virtuosité et aux qualités musicales exigées de la part des interprètes. C’est à ces pièces que se consacre la pianiste italienne Vanessa Benelli Mosell dans un nouvel album paru chez Decca, où elle s’empare de certains « tubes » de l’opéra et du piano où se mêlent les noms de Bellini, Rossini, Puccini, Liszt, Thalberg ou Chopin. Quelques pages plus rares viennent compléter cette sélection, qui apparaît comme une sorte de passage obligé pour tout pianiste virtuose, et Vanessa Benelli Mosell livre une prestation efficace, propre, précise, qui manque seulement d’un peu plus de « bel canto » dans le jeu – aussi contradictoire que cela puisse paraître avec l’instrument – pour susciter l’enthousiasme de l’auditeur.

Si la transcription pour piano de pièces du répertoire lyrique fut l’un des exercices favoris des compositeurs romantiques, l’intérêt des pianistes pour ces œuvres ne s’est jamais essoufflé. Pour preuve, les albums qui leur sont consacrées fleurissent régulièrement – nous nous faisions l’écho il y a seulement quelques semaines d’un tel enregistrement, signé Alissa Zoubritski – quitte à proposer un peu toujours les mêmes pièces, malgré un répertoire absolument pléthorique. Difficile notamment de faire sans Liszt et Thalberg, et on peut le comprendre : virtuosité, inventivité, sollicitation de toutes les possibilités expressives du piano, qualité également de la transcription, qui agit comme une réminiscence d’un air connu de l’auditeur tout en l’entraînant loin de sa forme originelle… Mais en parallèle des capacités techniques ahurissantes exigées par ces monuments du répertoire, la transcription lyrique en appelle aussi à une autre qualité, pas forcément plus facile : faire chanter le piano. On l’oublie parfois, noyée au milieu d’accords massifs ou d’une vélocité déchaînée ; mais la transcription est aussi une tentative de dépasser cette différence substantielle entre deux instruments radicalement différents.

C’est à cette tâche que s’est attelée la pianiste italienne Vanessa Benelli Mosell, avec un programme globalement attendu, il faut bien le dire, car on n’échappe pas aux « tubes » : « Casta diva » et « A te o cara » revus par Thalberg, ou encore les paraphrases de Rigoletto, Norma et Lucia di Lammermoor par Liszt ainsi que sa transcription de l’ouverture de Guillaume Tell.

Les deux paraphrases tirées de Norma ont le mérite de faire entendre chez la pianiste un son dense et riche dans les grands accords, et un beau jeu avec la résonance de l’instrument dans les passages plus doux. On perçoit surtout chez Vanessa Benelli Mosell une très bonne gestion de la polyphonie, notamment dans le « Casta diva » où se superposent les parties de l’orchestre, du chœur, et de la soprano sans jamais que l’une soit sacrifiée au profit des autres : il y a au contraire une profondeur et un relief très savamment construits par la pianiste. Même remarque vaut pour la paraphrase de Rigoletto – composée à partir de « Bella figlia dell’amore » – où l’effet de dialogue entre les personnages est très bien rendu par l’écriture et l’interprète, doublé d’une netteté du jeu impeccable dans l’aigu.

A côté de ces pièces denses et virtuoses, les deux pages tirées de La Bohème font un peu pâle figure : car ce n’est pas un travail de paraphrase ou de fantaisie que ces pages revues par Carlo Carignani, mais une « simple » réduction pour piano de l’opéra de Puccini. On sent là les limites de l’instrument par rapport à l’orchestre dont il ne rend pas le brillant ni la suavité : il nous manque du lyrisme et du moelleux dans le son, même si Vanessa Benelli Mosell fait preuve d’une belle gestion du rubato et que ces deux extraits (« Che gelida manina » et « Quando m’en vo ») constituent des moments de pause et de respiration bienvenus dans le programme. Mais ces pièces ne mettent pas en valeur leur interprète – quelles que soient ses qualités – et tendent à passer inaperçu au milieu d’autres morceaux autrement plus intéressants.

Parmi ceux-ci, le « Chœur à bouche fermée » de Madame Butterfly adapté pour la main gauche seule par Paul Wittgenstein ; car si l’on connaît surtout ce dernier pour avoir commandé à Ravel le fameux Concerto pour la main gauche (après avoir perdu son bras droit durant la Première Guerre Mondiale), Paul Wittgenstein était également compositeur, comme en témoigne la School for the left hand où figurent, à côté d’exercices techniques et d’études, une vingtaine de transcriptions de pièces instrumentales ou lyriques écrites pour une main. Voilà une pièce originale pour un enregistrement et qui n’est pas moins virtuose, à sa manière, que les pages les plus ardues signées Liszt.

Mais la plus belle pièce de l’album, et pas si souvent interprétée, est sans doute celle tirée de L’Hexaméron, œuvre composée par Frédéric Chopin, Carl Czerny, Henri Herz, Johann Peter Pixis et Sigismund Thalberg sous l’égide de Franz Liszt, et qui est une série de variations sur le « Suoni la tromba » des Puritains. Vanessa Benelli Mosell interprète ici la Variation n°6 écrite par Chopin, où le duo martial se transforme en élégie romantique : un superbe travail de transformation du matériau vocal de départ, que le compositeur colore d’une esthétique toute personnelle et enrichit des diverses possibilités expressives du piano. Vanessa Benelli Mosell y déploie une sensibilité et une douceur, ainsi qu’une variété de nuances tout à fait adéquates et qu’on aurait voulu entendre davantage dans l’ensemble de l’album. Car si la pianiste a sans conteste la virtuosité et la densité de jeu que ces œuvres imposent, si le résultat est parfaitement propre et précis, il nous manque un peu de lyrisme ou, pourrait-on dire, de vocalité et de souffle. C’est là que réside toute la difficulté de ce répertoire de transcriptions, qui demande au piano des qualités qui ne lui sont pas instinctives – d’autant plus lorsque la difficulté des pièces ne laisse plus beaucoup de place au raffinement des nuances et de la ligne. Des pièces telles que « Largo al factotum » (par Ginzburg) ou l’ouverture de Guillaume Tell (par Liszt) auraient peut-être pu être remplacées par des pages moins virtuoses mais plus lyriques, qui auraient permis à Vanessa Benelli Mosell de montrer un spectre plus large de ses qualités d’interprète.

Claire-Marie Caussin
Après des études de lettres et histoire de l’art, Claire-Marie Caussin intègre l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales où elle étudie la musicologie et se spécialise dans les rapports entre forme musicale et philosophie des passions dans l’opéra au XVIIIème siècle. Elle rédige un mémoire intitulé Les Noces de Figaro et Don Giovanni : approches dramaturgiques de la violence où elle propose une lecture mêlant musicologie, philosophie, sociologie et dramaturgie de ces œuvres majeures du répertoire. Tout en poursuivant un cursus de chant lyrique dans un conservatoire parisien, Claire-Marie Caussin fait ses premières armes en tant que critique musical sur le site Forum Opéra dont elle sera rédactrice en chef adjointe de novembre 2019 à avril 2020, avant de rejoindre le site Wanderer.
Crédits photo : © Decca

Pour poursuivre la lecture…

Autres articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire !
S'il vous plaît entrez votre nom ici